DIGOIN FOOTBALL CLUB ASSOCIATION : site officiel du club de foot de DIGOIN - footeo

Entorse

Qu'est-ce qu'une entorse ?


La définition médicale de l'entorse de cheville
 est la lésion d'un ligament n'entrainant pas une perte permanente des rapports normaux d'une
articulation. Ceci distingue l'entorse de la luxation pour laquelle l'articulation perd ses rapports normaux de façon permanente.

Les ligaments sont des haubans tendus d'un os à un autre autour ou au milieu de l'articulation. Leurs rôles est de permettre aux surface articulaires de rester bien en contact lors des mouvements. Ils assurent ainsi la stabilité de l'articulation. Très souvent, il existe plusieurs faisceaux pour un même ligament. C'est la lésion de ce ligament qui définit l'entorse
.

Il existe plusieurs stades dans une entorse.

 

 

La simple distension quand le ligament est simplement étiré, la rupture d'un faisceau, laissant les autres faisceaux sains et enfin la rupture de tout le ligament. Suivant l'importance de la lésion on parlera d'entorse bénigne ou d'entorse grave (en cas de rupture du ligament).

Le terme d'entorse a un sens différent dans le langage courant et médical. Dans le langage courant, l'entorse est assimilée à la survenue d'un traumatisme de cheville en inversion ("le pied est parti vers l'intérieur") mais ne préjuge pas de la lésion exacte qui peut parfaitement être une fracture. Dans une "entorse" (en langage courant), on retrouve environ 15% de fractures). Par la suite, le terme "entorse" entre guillemets désignera l'entorse au sens familier.


Qu'est-ce qu'une entorse de cheville ?

Classiquement, l'entorse de cheville correspond à une atteinte les ligaments externes entre le tibia, le talus (ancien astragale) et le calcanéus. Par extension, on entend par entorse de cheville les entorses de n'importe quelles articulations de la cheville et du pied. Plusieurs articulations sont concernées :

* Articulation talo-crurale (entre le tibia, le talus et le calcanéus) avec 2 types d'entorses soit externe (l'entorse classique) soit interne (beaucoup plus rare)
* Articulation sous-talienne (entre le talus et le calcanéus) et médio-tarsienne entre le talus, le naviculaire (ex-scaphoide tarsien) et le cuboïde : entorse du médio-pied, souvent liées,
* Articulation entre naviculaire, 1er métatarsien et les 3 cunéiformes : entorse de Lisfranc

Nous parlerons ici, sauf cas particulier, de l'entorse externe de cheville concernant le ligament collatéral latéral (ex latéral externe) de l'articulation talo-crurale qui représente 90% des entorses de chevilles.
Comment se fait-on une entorse de cheville ?

De nombreux mécanismes existent pour se faire une entorse mais le plus classique est le mécanisme d'inversion. Cette inversion survient lors d'une réception de saut, sur un faux-pas ou en courant et entraîne le pied vers l'intérieur et le reste de la jambe vers l'extérieur.
Quoi faire en cas d'entorse ?

1. Que faire en urgence, sur le terrain


Arrêter impérativement le sport, la poursuite
 du sport pouvant aggraver les lésions.





Mettre au repos la partie atteinte de telle façon que le blessé n'ait pas mal. Ceci peut se faire par le simple arrêt du sport mais peut aussi aller jusqu'à l'immobilisation par un bandage ou l'interdiction d'appui sur la jambe atteinte.


Refroidir la blessure avec de l'eau fraiche ou de la glace (en ayant soin d'intercaler un linge entre la peau et la glace pour éviter les brulures par le froid) afin de diminuer l'inflammation.
Mettre en place un bandage modérément serré et surélever la partie atteinte par rapport au niveau du thorax pour les entorses qui ont tendance à gonfler.


2. Doit-on consulter ? Qui et quand ?


L'idéal est de pouvoir consulter son médecin habituel en urgence. Si cela n'est pas possible (le soir, les week-end et jours fériés), deux attitudes sont possibles :
Si la gêne est peu importante, il est possible de patienter 24 à 48 heures avant de consulter son médecin en respectant les conseils donnés ci-dessus (les glaçages peuvent être effectués 3 à 4 fois par jour).



Sinon une consultation dans un service d'urgences est nécessaire

afin d'éliminer une pathologie
grave (fracture par exemple). Cette consultation n'empêche absolument pas d'aller consulter son médecin habituel dès que possible afin d'avoir son avis. En cas d'entorse par exemple, une fois une fracture éliminée, il est possible de refuser le plâtre et de reconsulter son médecin ensuite.

Pourquoi consulter ?


L'entorse de cheville est souvent considérée comme une pathologie bénigne qui va guérir sans problème même sans soin. Cette pathologie, la plus fréquente en traumatologie du sport, est sans doute la pathologie la plus mal soignée.

Tout d'abord, comme nous l'avons vu plus haut, une "entorse" dans le langage familier n'est pas synonyme d'entorse vraie mais peut être en fait une autre pathologie comme une fracture, une rupture du tendon d'Achille. Une véritable entorse peut également s'associer à d'autres lésions qui passeront inaperçues (fracture parcellaire, lésion tendineuse...). Ne pas faire le bon diagnostic et le traitement approprié à ces lésions pourra entraîner des séquelles irréversibles.

D'autre part, l'entorse nécessite un traitement spécifique et bien conduit en fonction de l'articulation atteinte, du ligament exact touché et de la gravité de l'entorse. Une entorse grave externe ne se traite pas comme une entorse médio-tarsienne.
On voit très souvent lorsque les entorses sont pas ou mal traitées des douleurs trainantes ou des gonflements persistants.
Dans la mesure où un diagnostic médical précis doit être fait, seul un médecin est habilité et possède les connaissances nécessaires pour effectuer l'examen clinique, pour demander d'éventuels examens complémentaires (radiographies, échographie) et pour prescrire et surveiller le traitement adapté à chaque entorse et à chaque patient.
Devant une "entorse" de cheville, une démarche diagnostique et thérapeutique logique doit être faite. Plusieurs étapes sont nécessaires :
* Éliminer d'abord une pathologie grave
* Faire le diagnostic précis de l'entorse
* Traiter l'entorse de façon adaptée

 

Strapping

par Christian Bellivet*, Alain Lavabre**, Philippe Piétri***Chirurgien orthopédiste, Hôpital Avicenne, Bobigny, France.**Plâtrier, Hôpital Avicenne, Bobigny, France.

Le strapping est une méthode d'immobilisation ou contention souple. Elle est indiquée comme contention au niveau des membres et des ceintures, tant pour le membre supérieur que pour le membre inférieur. Nous présentons ici les strapping dans les entorses de cheville, de genou, du pouce et au décours des luxations acromio-claviculaires.

Avant la mise en
place du strapping, on doit tenir compte de son support, la peau. L'existence de lésions cutanées à type d'érosions, de plaies ou de phlyctènes implique une désinfection préalable et, si besoin, la réalisation d'un pansement.

Une fois la peau protégée, la réalisation d'un strapping efficace et confortable nécessite le respect de quelques règles, quelle que soit la topographie : les embases ou ancrages sont indispensables à la mise en
place des bandes posées sous la forme de circulaires ou d'hémi-circulaires, sans tension excessive pour éviter une compression et "un effet garrot". Après la mise en place de l'ancrage, les bandes actives sont posées. C'est la tension de ces bandes qui détermine l'efficacité du strapping.

Le matériel de base est l'élastoplaste, synonyme de bande élastique adhésive, dont la largeur varie avec la topographie de la lésion.

*
I. Contention dans l'entorse du ligament latéral externe (LLE) de la cheville

1. Indications
Il s'agit de traumatismes en inversion varus équin, c'est-à-dire le pied tourné vers l'intérieur. L'entorse est essentielle ou secondaire à un pied creux, une paralysie L5 ou une affection neurologique. La contention élastique est thérapeutique dans les entorses essentielles et adjuvante dans les autres cas.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

* Elastoplaste largeur 6 cm : 2 rouleaux.
* Elastoplaste 3 cm : 1 rouleau.
* Elastomousse ou sous bande : 1 rouleau.

3. Technique (figure 1)

* Mise en place de l'élastomousse et de 2 compresses protégeant le tendon du jambier antérieur et le tendon d'Achille (1).

Mise en place de 2 ancrages en élastoplaste de 6 cm de largeur (2) :

- Un ancrage supérieur, à l'union du tiers inférieur et du tiers moyen de la jambe, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension.
- Un ancrage inférieur, au
niveau de l'avant pied, sous la forme d'une circulaire appliquée sans tension.


* Mise en place de 2 étriers verticaux en élastoplaste de 6 cm de largeur :

- Le premier étrier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, passant en arrière de la malléole interne, puis à la face inférieure du talon et revenant sur la face externe de la jambe, jusqu'à l'ancrage supérieur, en passant en arrière de la malléole externe. C'est sur la face externe que la tension mise dans la bande est importante. Il est nécessaire ici de bien étirer la bande pour éliminer partiellement son élasticité (3 et 3bis).
- Le second étrier vertical est appliqué selon le même principe, mais il doit passer en avant des 2 malléoles et chevauche le premier en tuile, de moitié (
4 et 4bis).

*
Fermeture avec de l'élastoplaste de 3 cm de largeur que l'on découpe en plusieurs bandes de même longueur (5) :

-
Fermeture inférieure : on applique la première bande à la face plantaire, au niveau de l'ancrage inférieur, en rabatant les deux chefs latéraux sur le dessus du pied, sans tension. On procède de la même manière avec les autres bandes en les faisant chevaucher en tuile à demi, jusqu'à ce que l'on atteigne le devant de la jambe.

- Fermeture supérieure : on applique la première bande à la face postérieure de la jambe, en rabatant les deux chefs latéraux sur le devant de la jambe, depuis l'ancrage supérieur, jusqu'au niveau des malléoles. Les bandes successives doivent se chevaucher en tuile et être posées sans tension.

4. Durée d'immobilisation

Elle est de 15 jours pour les entorses bénignes et de 5 semaines pour les entorses graves.
Il faut souligner la gravité et l'importance du diagnostic de variété.




*
II. Contention du pouce

1. Indication

C'est l'entorse du ligament latéral ulnaire de la métacarpo-phalangienne du pouce, pour stabiliser la prise pouce-index sur son versant externe. Le traitement de l'entorse grave peut être chirurgical.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :

* Elastoplaste largeur 6 cm : 1 rouleau.
* Elastoplaste 3 cm : 1 rouleau.
* Elastomousse ou sous-bande : 1 rouleau.

3. Technique (figure 3)

* Ancrage en élastoplaste de 6 cm au niveau poignet (1).

- Attelle de limitation du valgus et de la rotation interne en élastoplaste de 3cm (2).

* Attelle de limitation de la flexion de la métacarpo-phalangienne en élastoplaste de 3 cm (3).
* Attelle de limitation du varus et de la rotation externe en élastoplaste de 3cm (
4).
* Ancrage en élastoplaste (5).


4. Durée de port

Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves.

*
III. Contention du genou

1. Indication

C'est l'entorse bénigne du ligament latéral interne (LLI). Les autres lésions doivent être éliminées par l'examen clinique et les radios. L'entorse grave du LLI isolée peut-être traitée par cette méthode.

2. Matériel

Le matériel nécessaire est le suivant :
* Elastoplaste largeur 6 cm : 2 rouleaux,
* Elastoplaste largeur 3 cm : 1 rouleau,
* Elastomousse ou sous-bande : 2 rouleaux.

3. Technique (figure 4)

* Mise en place de 2 bandes d'élastoplaste d'ancrage 10-15 cm, au-dessus et au-dessous du genou, ouvertes en arrière pour ne pas comprimer les vaisseaux (1).
* Mise en place de 2 étriers verticaux en élastoplaste de 6 cm de largeur (2) :

- Le premier est appliqué à la face interne de la jambe, depuis l'ancrage supérieur jusqu'à l'ancrage inférieur.
- Le deuxième étrier vertical est appliqué à la face externe de la jambe (3).
* Alternance des circulaires et étriers. Enfin croisements antérieurs (4).


4. Durée de port
Cette durée va de 12 à 15 jours pour les entorses bénignes, de 4 à 5 semaines pour les entorses graves
JSL du dimanche 17 juin 2018 3 jours
0-4
SENIORS B / U.S.C PARAY 17 jours
SENIORS B / U.S.C PARAY et ST SERNIN DU BOIS / SENIORS A : résumés des matchs 17 jours
3-1
ST SERNIN DU BOIS / SENIORS A 17 jours
1-2
SENIORS B / VARENNE ST YAN 24 jours
SENIORS B / VARENNE ST YAN et SENIORS A / FAUVERNEY ROUVRES : résumés des matchs 24 jours
1-1
SENIORS A / FAUVERNEY ROUVRES 24 jours
0-4
U15 / SUD FOOT 71 1 mois
U15 / SUD FOOT 71 : résumé du match 1 mois
4-0
U13 / MARLY/OUDRY 1 mois
U13 / MARLY/OUDRY : résumé du match 1 mois
1-9
MARLY/OUDRY / U13 1 mois
MARLY/OUDRY / U13 : résumé du match 1 mois
12-1
ST BONNET LA GUICHE / U15 1 mois
ST BONNET LA GUICHE / U15 et BLANZY USB FOOT / U18 : résumés des matchs 1 mois

 COMMUNAUTÉ

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 6 Dirigeants
  • 2 Entraîneurs
  • 6 Joueurs
  • 7 Supporters

BOUTIQUE DFCA

RENDEZ VOUS SUR LE NOUVEL ONGLET BOUTIQUE POUR DECOUVRIR LES DIFFERENTS PRODUITS PERSONNALISES AUX COULEURS DU DFCA.....

VIVEZ AUX COULEURS DU DFCA